Suivez-nous    

Le peintre et l'Amérindien de Michel Noël

Plumes de Ciel

Dans la magnifique région de la Côte-Nord, à l’été 1971, un Blanc et un Autochtone se rencontrent sur un promontoire surplombant la majestueuse Mishtashipu signifiant « grande rivière » en innu; les Blancs lui ont donné le nom étrange de Moisie. Témoin de ce moment privilégié, elle en est aussi l’initiatrice, car les deux hommes, la portant dans leur cœur, aiment se retrouver près de son cours tumultueux où la vie abonde. Dès le premier regard, ils ont su instinctivement que le destin les avait réunis…

Je viens de lire le dernier ouvrage de l’excellent écrivain algonquin Michel Noël intitulé Le peintre et l’Amérindien. Ce roman biographique est inspiré de l’amitié profonde unissant l’artiste français André Michel et l’Innu Jean-Marie McKenzie. Deux êtres, issus de milieux aussi différents qu’une montagne et une tourbière, ont été liés par leur respect de la nature et leur sensibilité capable de voir au-delà des apparences. André Michel, émerveillé par les beautés naturelles de la Côte-Nord, trouve en Jean-Marie, un guide d’une grande sagesse et un homme fier d’être Innu.

Michel Noël m’a véritablement transportée dans le monde des Innus, grâce à son talent unique de conteur et à la puissance de ses mots. En suivant les traces d’André, Jean-Marie, son fils Johnny et Ben, celui qui ne parle plus, j’ai vu le lac gelé, les caribous à travers la poudrerie et le ciel étoilé du Grand Nord. J’ai également ressenti leur vénération pour les bêtes s’offrant à eux afin de les nourrir. Aussi, j’ai voyagé en train dans le wagon réservé aux « Indiens » où l’atmosphère est aux rires et à la bonne humeur, malgré l’absence de confort. De plus, j’ai savouré les paroles sages et spirituelles de Jean-Marie exprimant simplement son amour pour la nature et ses ancêtres qui lui ont donné la vie. Ces derniers lui ont appris que celle-ci est calme quand c’est le temps et rapide quand elle doit l’être. Tout le contraire du tourbillon continuel dans lequel les Blancs ne font qu’exister.

Ce livre de Michel Noël représente un pas sur le long chemin de la réconciliation avec les peuples autochtones, car l’auteur nous amène dans l’intimité de leur vécu et nous aide à mieux les comprendre. La sagesse innue nous apprend « que tout ce qui est à sa place est beau et qu’il faut préserver ce qui est beau ». Le peintre et l’Amérindien étaient vraiment à leur place…

 

Bonne lecture!

 

Odette Langevin

 

Référence :
 
NOËL, Michel. Le peintre et l’Amérindien, Québec, Éditions GID, 2014, 432 p.

 

Du même auteur :
 
NOËL, Michel. Splendeurs amérindiennes, Montréal, Beaux-Livres, Henri Rivard éditeur, 2004, 200 p.

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.