Suivez-nous    

Le 1er juillet en compagnie des orignaux!

Hier, nous avons passé d'excellents moments en compagnie de nos amis orignaux. Un grand mâle au panache de velours s'était introduit dans la pouponnière, sans que cela dérange les mères et leurs petits. L'orignal mâle ne s'occupe pas de sa progéniture. Il entretient peu de liens avec les femelles en dehors de la saison des amours. Le panache en croissance de ce mâle n'a pas encore atteint sa pleine grandeur. Au total, nous avons compté une vingtaine d'orignaux. Vive le parc national de la Gaspésie!

Une jeune femelle âgée d'un an nous attendait à l'entrée du sentier. C'est encore une « ado ». Elle s'accouplera peut-être cet automne, pour mettre bas le printemps prochain.

 

Un beau mâle dont le panache commence à impressionner! Les bois de l'orignal atteignent leur plein développement vers la mi-août; par la suite, les velours sèchent. Le dépouillement du velours survient au commencement de septembre, juste avant le rut automnal. Les bois tombent au commencement de l'hiver et le cycle annuel de croissance reprend en avril. L'orignal : une merveille de la nature!

 

Une scène rare : un grand mâle à proximité d'une femelle et de son petit, que l'on distingue dans le flou de l'arrière-plan. En été, mâles et femelles orignaux ont tendance à faire bande à part.