Suivez-nous    

Quand la muse devient clown!

Hier, le 22 juin 2016 , Monique et moi avons passé près de deux heures en compagnie d'une femelle orignal que nous observons régulièrement depuis six ans. Après avoir longuement ruminé, couchée dans une clairière, Clara s'est levée. Pour chasser les mouches noires, elle y allait de postures abracadabrantes! Les cervidés, muses d'artistes? Si vous croyez que ce genre de scène cocasse ne nous inspire pas, vous changerez d'idée en voyant la dernière photo de cette publication! Ah oui, avant que je l'oublie : Clara ne vous en voudra pas de partager ses mésaventures avec vos amis!

Une soirée comme je les aime : observer le comportement de l'orignal!

 

Notre amie Clara rumine paisiblement dans une clairière. Sa fourrure en mue laisse entrevoir sa peau nue et foncée. Nous n'avons pas vu son petit.

 

Clara est une bête impressionnante. Nous la reconnaissons facilement grâce au kyste à l'avant de son épaule gauche. Elle passe l'été sur le même territoire depuis plusieurs années.

 

Quand ça pique, on se gratte! Défense de rire!

 

Après avoir utilisé son sabot pour se gratter la tête, Clara utilise sa tête pour se gratter la cuisse. Soyez sans crainte, il ne s'agit pas de tiques d'hiver. Clara est en pleine forme. Tous les orignaux subissent les assauts des mouches durant la belle saison.

 

Coucou! 

Merci ma belle Clara pour les beaux moments passés en ta compagnie ces dernières années.

 

Un tableau très spécial de Monique prouvant que les cervidés sont nos muses, peu importe les circonstances.