Suivez-nous    

À la rencontre de l’orignal esprit

Tableau

À une époque lointaine, au temps où hommes et bêtes se parlaient tout en reconnaissant se partager la même Terre, le même Ciel et, par conséquent, le même Dieu, deux chasseurs de la nation ojibway remontaient une large rivière à bord de leur canoé d’écorce. L’automne dorait les bouleaux et les trembles des rives brumeuses dominées par des pins d’une taille comme on n’en voit plus aujourd’hui dans cette région. Soudain, une silhouette pâle se détacha du brouillard auroral, forçant les canoéistes à poser leurs pagaies pour la contempler : un orignal au pelage d’un blanc immaculé s’avançait dans l’eau à leur rencontre! Un frisson parcourut aussitôt le corps des témoins saisis d’émerveillement, tandis que leur embarcation dérivait vers le cervidé attentif, sans qu’il leur vienne à l’idée de pointer une flèche ou une lance dans sa direction. Bien que les chasseurs n’aient encore jamais vu un « orignal esprit », c’est-à-dire un orignal messager venu du monde des esprits, ils surent distinguer en ce cerf étrange le légendaire porteur de lumière décrit par les Anciens. Spontanément, les hommes admirèrent la bête en ouvrant leur cœur et leur âme à sa grâce surnaturelle; ils lui parlèrent dans une langue de jadis où il n’existait aucune traduction pour les mots trophée, domination, exploitation et supériorité. L’orignal esprit s’adressa aussi aux chasseurs dont les vies, dit-on, furent transformées de manière positive. En effet, selon les chamans, apercevoir un orignal, un ours, un wapiti ou tout autre animal anormalement blanc était le présage d’un grand changement.

Malheureusement, quelques siècles après la rencontre entre les deux Ojibways et cet orignal messager, le symbolisme entourant les animaux esprits est progressivement passé dans l’ombre. Confrontée à la religion des Blancs, cette spiritualité fut reléguée au rang de simple légende païenne.

 

Mythe ou réalité?

S’il est vrai que les Autochtones ne parcourent plus les étendues sauvages à bord de canots d’écorce, armés de lances, d’arcs et de flèches, et que la plupart de leurs Anciens se sont tus faute d’oreilles pour les écouter, les animaux esprits sont-ils pour autant disparus? L’orignal blanc de l’histoire racontée précédemment est-il un mythe ou une réalité? 

Twestamakew, l'orignal messager – Huile sur toile
 

Les orignaux blancs ne sont pas légion, mais ils existent. Ma mère et moi avons d’ailleurs peint ces cervidés extraordinaires en nous inspirant d’une population protégée comptant une dizaine d’individus dans le nord de l’Ontario, non loin du village de Foleyet. Seuls de rares observateurs ont pu apercevoir des spécimens issus de ce groupuscule; parmi ces privilégiés figurent deux membres et collaborateurs de la SAS Nature, Diane et Sylvain Jean, résidants de Chapleau. Le 29 mai 2010, ils ont vécu une rencontre exceptionnelle avec une jeune biche « en robe de mariée ». Leur voiture roulait sur la route 101 en direction de Timmins quand ils remarquèrent une forme blanche en bordure de la forêt. Une fois leur véhicule immobilisé sur l’accotement, les deux témoins ont été stupéfaits de voir la femelle orignal se diriger calmement vers eux, alors qu’ils étaient sortis de la camionnette pour la prendre en photos et la filmer. L’observation a duré une dizaine de minutes. Tel un véritable animal esprit, la bête attentive s’est arrêtée à quelques mètres du couple Jean sans afficher la moindre crainte, les fixant de son regard rempli de douceur, de mystères et de présages insondables. Peut-être avait-elle hérité de la livrée blanche de son ancêtre rencontré dans le même secteur par deux chasseurs autochtones, sept siècles plus tôt! Je tiens d’ailleurs à remercier Diane et Sylvain de m’avoir permis de relater leur expérience et de publier leurs photos sur ce site. 

 

Leucistisme, albinisme et mélanisme

Voyons comment la science peut nous éclairer à propos des « anomalies physiques » à l’origine des légendes rattachées aux animaux esprits. D’entrée de jeu, sachez que nous aurions tort de considérer comme « albinos » les orignaux blancs de Foleyet. En effet, l’albinisme est une maladie génétique due à un gène déficient qui se caractérise par une peau, un pelage ou un plumage entièrement blanc, des yeux rouges, une sensibilité au soleil et un système immunitaire plutôt faible. Les animaux sauvages albinos ont donc peu de chance de survivre et de se reproduire en milieu naturel. À l’inverse, le leucistisme est une particularité génétique – non une maladie – qui confère à un sujet un pelage ou un plumage entièrement ou partiellement blanc, les yeux gardant leur couleur normale. Ces animaux et ces oiseaux ne sont pas plus sensibles au soleil que les autres et ils se reproduisent pour donner des sujets normaux ou blancs. À l’instar des lions et des tigres blancs, les orignaux de Foleyet montrent un bel exemple de ce qu’est le leucistisme. Dame Nature nous offre aussi des cas de mélanisme quand des animaux et des oiseaux apparaissent anormalement noirs. Personnellement, j’ai observé des marmottes communes et des lièvres mélaniques, c’est-à-dire dotés d’une livrée principalement noire. Le mélanisme s’observe aussi chez le léopard, le jaguar et bon nombre d’autres espèces. Le monde végétal n’échappe pas aux particularités génétiques au sein d’une même espèce. Il existe, entre autres, des épilobes blancs ainsi que de rares cypripèdes acaules... 

Épilobes
Cypripèdes

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 
Même si en général, une particularité génétique est à l’origine de leur couleur exceptionnelle,
on n’emploie pas le terme leucistisme pour définir les fleurs sauvages en phase blanche.
 

Un bel exemple de leucistisme : mésange à tête noire

 

Un tremplin pour élever la conscience

Pour en revenir à la biche orignal au pelage blanc entrevue par le couple Jean, les explications de nature scientifique s’arrêtent au moment où la bête lumineuse vient gentiment à la rencontre des témoins, alors que rien ne justifie un comportement d’une telle ouverture chez un animal sauvage. « À moins, bien sûr, d’avoir affaire à un animal esprit chargé d’un message ou d’une mission par le Grand Manitou », diraient les Anciens s’ils pouvaient trouver quelqu’un ici-bas pour les entendre. Après tout, ne suffisait-il pas à cette biche d’être blanche et de se laisser admirer à la sauvette par des voyageurs? Personnellement, j’ai la conviction que les animaux sauvages ont parfois « des choses à nous dire » et qu’ils viennent vers nous, souvent à leur corps défendant, tant qu’ils n’ont pas satisfait leur besoin de communiquer, tant qu’ils n’ont pas saisi qui nous sommes et ce que nous faisons sur leur territoire.

Les tableaux que ma mère et moi avons consacrés à l’orignal blanc, dans le cadre de l’exposition La Magie de l’Orignal, continuent d’intriguer et de fasciner ceux et celles qui les découvrent. L’extraordinaire et l’inédit attirent autant qu’ils dérangent et, en ce sens, ils peuvent être des tremplins pour élever notre conscience et notre perception du monde à un niveau plus grand, garant de bénéfices moraux, telles la compassion et la civilité, pour ne citer que ceux-là. Les Amérindiens de jadis avaient compris que, pour peu que l’on soit sensible à la valeur des animaux sauvages, le sujet rare et différent des autres devient inévitablement un levier spirituel pour l’homme. Au-delà de ces croyances ancestrales et des superstitions, les comportements singuliers de « l’animal esprit moderne » rencontré par Diane et Sylvain Jean tendent à donner raison aux Anciens.

 

Gisèle Benoit 

 

Otâcimisohiwew, le confesseur – Huile sur toile
 
 
Tableaux :
 
Twestamakew, l’orignal messager
Huile sur toile © Gisèle Benoit
 
Otâcimisohiwew, le confesseur
Huile sur toile © Monique Benoit
 
Photos :
 
Femelle orignal leucistique © Sylvain Jean – SAS Nature
Épilobes © Les Productions Raynald Benoit Inc.
Rarissimes cypripèdes acaules en phase blanche © Christian Bellemare – SAS Nature
Un bel exemple de leucistisme : mésange à tête noire - Cette photo provient du site FAAXAAL qui offre des contenus gratuits et libres de droits pour vos sites.

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.