Suivez-nous    

Réconcilier le figuratif et l’abstrait

Hommage à Baudelaire

Au début des années 80, le Canadien Robert Bateman a peut-être été l’un des premiers peintres animaliers à parler ouvertement de l’omniprésence de l’abstraction dans la nature, une manière habile de se départir de l’étiquette « d’illustrateur scientifique » collant à la peau des artistes inspirés par la vie sauvage. Cette déclaration m’a surprise, car je me félicitais d’appartenir à l’auguste famille des peintres figuratifs même si cela me privait de bourses et de subventions accordées aux peintres dits « contemporains », les seuls explorateurs reconnus du monde infini de l’abstraction. Mon choix me valait aussi d’être boudée par plusieurs institutions culturelles gouvernementales vouées à la diffusion des artistes, tels la plupart des grands musées d’art. Selon les spécialistes et les décideurs dûment qualifiés pour juger objectivement de la valeur des tableaux et de la renommée des peintres, le style « figuratif » n'est plus à la mode. Les formes d’expression artistique basées sur le réalisme seraient apparemment dépassées depuis que les maîtres classiques les ont portées à un haut niveau en créant plusieurs des plus beaux chefs-d’œuvre de l’humanité.

 

Figuratif et abstrait indissociables

De nos jours, la modernité impose aux artistes et au public une vision nouvelle du monde centrée principalement sur l'humain. Toujours aux yeux du milieu élitiste appliquant cette censure, les peintres animaliers font partie de la pire espèce de dinosaures du pinceau coupables de prolonger le règne du figuratif; les animaliers sont non seulement de vulgaires copieurs de la réalité, mais des parias qui s’abaissent à peindre des bêtes sauvages! Est-il raisonnable de croire que l’homme et les paysages déformés par l’homme demeurent les seuls sujets dignes de l’inspiration artistique? Certes pas!

En 1977, j’ai commencé à dessiner, à peindre et à exposer mes œuvres avec les professionnels. Je n’étais alors qu’une adolescente avide d'apprendre. Avec le recul des années, la maturité et l’expérience, je dois reconnaître que Robert Bateman avait raison de prêcher que, dans l’art inspiré de la nature, le figuratif et l’abstrait sont indissociables. Le réalisme d’un tableau est la somme d’une multitude de formes, de traits, de couleurs et de mouvements qui, pris séparément, n’ont parfois aucun sens ou logique. Pour comprendre ce principe, il suffit d’isoler quelques centimètres carrés sur l'un de mes tableaux et de considérer cet extrait hors de son contexte comme s’il s’agissait d’une œuvre à part entière. Bien malin qui peut dire quel en est le sujet! Dans la nature comme sur la toile, l’harmonie et l’équilibre se passent volontiers de sujet, étant donné que l'ordre et le désordre s'attirent aussi fortement que des aimants. Par conséquent, nombre de connaisseurs, de critiques et de collectionneurs font fausse route en divisant l’expression artistique en diverses catégories.  

GBart02 02

Hommage à Baudelaire – Huile sur toile (détail) 

Depuis la révolution industrielle marquée par une brisure sans précédent entre l’homme et la nature, l’art s'est progressivement transformé en religion. En théorie, art et religion sont censés réunir les gens; or, ils dressent souvent des barrières, incitent à l’exclusion, divisent et se hiérarchisent pour attribuer la connaissance, la suprématie et le pouvoir absolu à quelques-uns. Le seul juge des religions demeure la Bonté; celui de l’art, la Beauté. Au delà de ces deux critères, presque tout le reste découle des prétentions orgueilleuses de l'esprit sectaire.

Dans le fabuleux royaume de l’art où prévaut la liberté d’expression, rien d’un point de vue esthétique ne justifie les « guéguerres » de style. L’abstraction et le figuratif se côtoient dans le monde naturel depuis la nuit des temps, si bien que l’artiste qui explore une de ces deux facettes découvre obligatoirement l’autre. La Beauté réside dans cette complémentarité, et dans cette union féconde et inspirante de forces contraires. Ayons seulement l’humilité d’admettre que photographes, peintres et sculpteurs n’ont rien inventé ou imaginé qui n'existe déjà dans la nature sous une forme ou une autre.

 

Nature, enchanteresse sans pitié, rivale toujours victorieuse, laisse-moi!
Cesse de tenter mes désirs et mon orgueil!
L’étude du beau est un duel où l’artiste crie de frayeur avant d’être vaincu.
 
Extrait de « Le confiteor de l'artiste » Charles Baudelaire
 

Installation de pierres au parc national de la Gaspésie
Artiste : la rivière Sainte-Anne lors d'une crue printanière

Sculptures sur neige
Artiste : le vent du Nord
 

Ci-dessus et ci-dessous : les plus anciens modelages abstraits de la planète
Créations communes des artistes : le temps, le climat et l’érosion
 

  

 


Anecdote

En octobre 2010, le photographe Florent Langevin et moi avons observé un spectacle unique : deux orignaux femelles au détour d’un sentier. Rien d’exceptionnel à première vue. Toutefois, pour une raison inconnue, les bêtes en sueur boucanaient dans un demi-contre-jour créant une scène totalement surréaliste. Rarement ai-je vu des cervidés évoluer dans une atmosphère aussi mystique, à mi-chemin entre le monde figuratif et celui de l’abstraction. Florent fit d’excellentes photographies de cette rencontre qui dura près de trente minutes. Pour ma part, le vécu et l’émotion furent transcendés sur toile un mois plus tard. J’ai changé les acteurs et le décor tout en conservant l’essentiel de la scène inspiratrice.

Cette expérience démontre que la photographie et la peinture sont deux outils très différents pour témoigner d’un même sujet.

 

Gisèle Benoit 

 

Scène mystique – Huile sur toile

 

Tableaux :
 
Hommage à Baudelaire 
Huile sur toile © Gisèle Benoit
 
Scène mystique – Orignaux en automne 
Huile sur toile © Gisèle Benoit
 
Photos :
 
Ruisseau © Sylvain Langevin – SAS Nature
Installation de pierres au parc national de la Gaspésie © Les Productions Raynald Benoit Inc.
Sculptures sur neige © Sylvain Langevin – SAS Nature
Les plus anciens modelages abstraits de la planète © Les Productions Raynald Benoit Inc.
Orignaux dans la lumière © Florent Langevin – SAS Nature 

Vous contribuez directement à l'œuvre et à la mission de la famille Benoit en magasinant sur notre boutique.